Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 10:53

 

 

 

Bon, faut que je l'avoue j'ai suivi la saison de loin. La faute à un caca. Pas celui qui peuple les culottes orangées OTacos de nos braves à l'entame du money-time, non pas celui-là, la version neuro-scato du supporter fourbu, le bon vieux caca nerveux, quoi...

 

 

La descente a eu lieu dès la seconde journée à la mi-temps. Nous sommes à la GG Arena (pas Gaston-Gérard, l'autre). La Paillade mène à la pause à St Etienne. Inespéré, me direz-vous, unique au vu de notre CV en Saint-Tchétchénie. Et pourtant, le spectacle affiché par les pailladins est une nouvelle fois consternifiant : première série de 3 passes consécutives au bout de 6 minutes, premier duel gagné dans les pieds adverses au bout de 12, contrôle-passes de l'intérieur sans pressing adverse qui finissent en touche, relances en pleine panique avec attaquant adverse à 5m qui récupérent quand même la balle ... Bref, l'idée que l'ASSE pourtant alourdie d'un déplacement en Israël 2 jours plus tôt, aurait pu aligner ses U15 sans craintes de nul à la piaule.

 

Paraît-il que les locaux étaient plus dans leur saison que nous, la faute à la coupe de la Ligue de l'Europa qui les avaient contraits à intensifier leur foncier bien avant le MHSC. Maybe, mais pas au point de justifier un tel écart de niveau entre 2 équipes de L1.

 

 

 

Une nouvelle fois, plus par superstition que flemme, je tentai l'esquive du déplacement chez les copines à la tunique émeraude de Rollincoubisse, dans l'espoir d'un infléchissement de la tendance à la liquéfaction générale et pailladine une fois passé Rive-de-Gier. Mieux, je décidai dès la pause, de ne plus rien regarder de ce match et de passer à la saison prochaine... Le vrai caca nerveux, la bouderie de mastre me diront certains, et ils auront sans doute raison.

 

 

La seconde période, du moins le résultat final, confirma hélas mes craintes. Un 0-3 propre et sans bavures, paraît-il entâché de quelques bribes d'occases pailladines. Et surtout au vu de la première mi-temps, un constat qui se renouvelle depuis au moins la remontée : qu'on joue des stéphanois en-dessous de tout, ou en état de grâce, qu'ils soient dans une saison de titre de champion ou en plein dur, les pailladins ont, depuis 7 saisons, toujours réalisé un match de merde à Geoffroy-Guichard.

 

 

 

 

On aurait beau jeu d'invoquer les magouilles locales (les papiers d'Hilton en 2011, la neige en 2013), le petit coup de poisse arbitrale (le but valable refusé à Giroud en 2011, le non carton rouge à Niculae le même soir) ou de poisse tout court (le forfait de dernière minute de Spahic en 2010). Mais la vérité est ailleurs : je vous mets au défi de me citer un joueur pailladin ayant réalisé une prestation satisfaisante depuis 2009 à Saint-Etienne... 

 

Ritournelle depuis la remontée, n'importe quel joueur pailladin, même convaincant la journée d'avant, se mue en plaisanterie footballistique le jour d'ASSE-MHSC et laisse apparaître ses côtés les plus affligeants : un Hilton pourtant en pleine bourre qui envoie des relances de poussins, un Costa qui enquille des ouvertures de femme enceinte ou un Montaño des tirs ou des têtes de grabataire, le jeu aérien d'un Giroud se gaétancharbonnise, un Souley certes jamais le cador du 1c1, y est encore pire, un Estrada qui semble gambader dans un terrain grand comme l'Amazonie, un Belhanda qui semble s'éteindre au premier semi-marquage individuel, un Cabella, un Boudebouz etc, etc, liste évidemment non exhaustive. 

 

Mais putain de merde, qu'est ce qui se passe là-haut? 

 

 - Une surmotivation adverse à l'idée de jouer l'équipe de l'odieux président d'origine lyonnaise? Force est de constater que les Verts l'ont fréquemment bien cachée, cette motivation, se contentant de ramasser ce que leurs visiteurs leur abandonnaient piteusement. Et à l'inverse, si le patriarche ne pouvait vraiment pas blairer les stéphanois, il est évident qu'il n'a jamais mis de bonus et de carottes à ses joueurs pour aller chercher autre chose qu'un pauvre résultat (1 nul et 7 défaites en 8 saisons, s'il vous plait).

 

 - Une incapacité à se défaire du schéma très défensif de Galtier? Mouais, sur certains déplacements, les pailladins ont eu à GG plus d'occases que lors de certaines réceptions à la Mosson où les visiteurs plantent l'autobus devant leur but... Pour au final des taux d'efficacité à chaque fois parmi les plus bas de la saison en cours... 

 

 - le syndrome de Bombay face à la misère locale, la météo, le jubilé Borat, tout ça ne reste que des vannes de blogger pour faire passer la pilule.

 

Bref, ce constat de défaite traditionnelle et irréversible dépasse mon entendement : on ne va pas crier au complot, à l'arrangement tacite, ou autre fumeuse théorie. Mais y a quelque chose de louche autour de nos périples chez les pas-bien-malins-sanguins et autres lechmoilpiés. Bien sûr, je ne vais pas étendre l'analyse à notre piètre bilan à la Mosson contre la verdure, Daniel-Guichard suffira amplement. A une prochaine ! 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pailladdised by Fzfzfzfz
commenter cet article

commentaires

Sas que pardon...

      Corniauds

 

Une phrase :    

 

" A Toulon, Rolland, on l'appelait Pinochet, parce qu'il tirait dans les tribunes." Laurent Paganelli

Fotonovellas

 

 

Pailladdictionnaire

Pailladdictionnaire

Pruneausticks

Pailladdictiondage

Le PSG, pour vous c'est :

 

1 - La-bouée-de-sauvetage-d'un-football-français-à-la-dérive-et-l'unique-salut-d'un-championnat-en-décrépitude.

 

2- Une équipe qui a très provisoirement interrompu notre série de 7 titres consécutifs.

 

3 - comme si Sébastien Loeb disputait le tour de France cycliste en DS3 WRC et avait en plus des crétins pour l'encourager au bord des routes.