Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 10:53
Les Maritimes




Après le bunker lensois, les payaderos forcent le fourgon blindé de Boulogne, et retrouvent les joies des avant-postes de la ligue. Arriba!

Le braquage d'hier soir n'avait pas le panache d'un casse de Robin des Bois. Non, hier il falllait voler les pauvres... pour donner aux guère plus riches. La morale est à moitié sauve. Tout juste à moitié, car le fourgon en question avait en plus les roues crevées à cause de pas-de-chance. Une infirmerie aussi chargée pour un aussi petit effectif, nos visiteurs partagent le trophée du chat noir avec nos prochains adversaires.

N'empêche, un fourgon, même immobile, c'est compliqué d'en percer le blindage au couteau suisse et au briquet. C'est pourtant ce qu'ont fait les payados la plupart du temps. Et la caboche d'argentin bien que très dure s'avère moins efficace que le foret à béton. Plus patients que bricoleurs, nos gars ont fait céder la porte au bout de 80 minutes de siège. Bon, le chauffeur Valverde nous a un peu jeté les clés du bahut, ça aide. Mais on va pas lui en vouloir (ouh non) ...
La caisse est à nous! Une victoire à la grinta après 12 corners et près de deux tiers de possession, c'est une certitude : la Payada l'emportera au cours de la saison avec des statistiques moins dominatrices et un score plus flatteur! A chaque succès suffit sa peine...

Comme pour Lens, la victoire étriquée a une portée bien supérieure au magot de trois points. Ne serait-ce que pour oublier et faire oublier ces huit maudites minutes de Marseille. La bande d'arrêt d'urgence s'éloigne un peu plus, et la Payada en est rendue à un tiers du chemin. Mais il est encore bien trop tôt pour reparamétrer le GPS. Et pour cause : domination effective mais stérile, mutisme de nos pointes, sueurs de fin de rencontre, coup de pompe de certains éléments moteurs, il reste quelques clignotants sur le tableau de bord payado. Aucun signe de panne sèche, mais quelques interrogations à soulever. Après le fourgon boulonnais, c'est le prochain voyage chez l'ambulance grenobloise qui nous fournira un élément de diagnostic.

Partager cet article

Repost 0
Pailladdised by Fzfzfzfz - dans 2009 - 2010
commenter cet article

commentaires

Sas que pardon...

      Corniauds

 

Une phrase :    

 

" A Toulon, Rolland, on l'appelait Pinochet, parce qu'il tirait dans les tribunes." Laurent Paganelli

Fotonovellas

 

 

Pailladdictionnaire

Pailladdictionnaire

Pruneausticks

Pailladdictiondage

Le PSG, pour vous c'est :

 

1 - La-bouée-de-sauvetage-d'un-football-français-à-la-dérive-et-l'unique-salut-d'un-championnat-en-décrépitude.

 

2- Une équipe qui a très provisoirement interrompu notre série de 7 titres consécutifs.

 

3 - comme si Sébastien Loeb disputait le tour de France cycliste en DS3 WRC et avait en plus des crétins pour l'encourager au bord des routes.