Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 08:27

Si j'avais les moyens techniques de Didier Roustan, si j'avais pu faire un film sur le chef d'oeuvre de l'an passé, j'aurais aussi parlé de taureaux, un peu, de gitans aussi, et de Camargue, à peine... Ceci est dit sans faire aucune critique du travail de Didier Roustan, ni envie, ni jalousie et il faut remercier le journaliste pour cet hommage à notre club de coeur, quelques soient les imperfections et les longueurs de son documentaire.

 

Si j'avais eu les moyens techniques de Didier Roustan, j'aurais raconté la Belle Histoire pailladine au travers d'une autre Belle Histoire, plus grande encore, celle de Lelouch... 

 


       

(merci @ Virginie)

 

Si j'avais eu les moyens techniques de Didier Roustan, j'aurais enveloppé quelques scènes de liesse, quelques exploits oranges et bleus du chant de Noël de la Belle Histoire et ses "laïlolaïs"...

 


 

... "ces laïlolaïs", vocalises gitanes qui ressemblent à celles de la fin du "Chant à un ami parti trop tôt" cher à la Butte. Parce que la Belle Histoire n'a de laid que l'absence de ceux qu'on aurait aimé voir être de la fête finale...

 


 

22 ans de galère pour une saison d'éternité


... Si j'avais eu ces moyens technques, je n'aurais pas parlé de réincarnation comme dans le chef d'oeuvre de Lelouch, mais d'un simple bégaiement de l'Histoire autour d'un club de football du sud de la France, au destin à part. Un bégaiement, une répétition de son histoire à 22 ans d'écart. Cette histoire du promu europééen qui gagne un trophée national 3 ans après sa remontée...

Un casting de choix, l'Olympique Lyonnais de 1987, et le Racing Club de Strasbourg de 2009. Le Julio Cesar de 1988 et l'Emir Spahic de 2010. Le Laurent Blanc de 1990 et le Vito Hilton de 2012. Et tant d'autres héros qui ont réécrit la Belle Histoire 2 décennies et 2 ans plus tard: Thierry Laurey et Tino Costa, Pascal Baills et Gary Bocaly, René Girard et Michel Mézy.. Et les épisodes glorieux, la victoire sous les trombes d'eaux de Geoffroy Guichard de 1990, et celle du Stade de la Route de Lorient de 2012...

 

Bien sûr que ce balbutiement, ce bégaiement de l'Histoire n'est pas une réplique à l'identique. Les pailladins de 2009-2012 ont quasiment tout fait en mieux que leurs ainés de 1987-1990. En plus, la Paillade de 2012 ressemble à une garderie comparée à la bande de briscards de 1990. Et les chafouins rajouteront que la suite de la Belle Histoire est en revanche plus belle à la fin 90 qu'à l'automne 2012. Mais qu'importe... Les ressemblances sont là, la Belle Histoire est belle. Et nous avons la chance d'en être les spectateurs privilégiés. Quelques soient les griefs plus ou moins fondés qu'on peut nourrir vis à vis de sa direction. 

 

Pailladdiction vous livrera donc quelques résumés à sa manière des épisodes marquants de cette temporada éternelle tout au cours de cette saison. Allez la Paillade

 

Partager cet article

Repost 0
Pailladdised by Fzfzfzfz - dans La Belle Histoire
commenter cet article

commentaires

Fzfzfzfz 10/12/2012 22:00

Banzaaaaaaaaaaaaaaïïïïï.... Je sais que tatoumankélébudutaka on m'a dit tout ça. Bises check le mèl!

VAVAAAAAA 06/12/2012 20:45

oh fatche de, ça va me plaire cette histoire moi qu'ai pas vu un seul matche de. Säionara! Et avertis ducon quand tu reprends le blog, 3 mois que je savais pas en plus t'as l'air de pas avoir perdu
la main cochon

Sas que pardon...

      Corniauds

 

Une phrase :    

 

" A Toulon, Rolland, on l'appelait Pinochet, parce qu'il tirait dans les tribunes." Laurent Paganelli

Fotonovellas

 

 

Pailladdictionnaire

Pailladdictionnaire

Pruneausticks

Pailladdictiondage

Le PSG, pour vous c'est :

 

1 - La-bouée-de-sauvetage-d'un-football-français-à-la-dérive-et-l'unique-salut-d'un-championnat-en-décrépitude.

 

2- Une équipe qui a très provisoirement interrompu notre série de 7 titres consécutifs.

 

3 - comme si Sébastien Loeb disputait le tour de France cycliste en DS3 WRC et avait en plus des crétins pour l'encourager au bord des routes.