Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 00:46


 


 


Vous connaissez peut-être le blog Marseille vu du ciel :


 


http://cahiersdufootball.net/blogs/marseille-vu-du-ciel/


 


 


C'est une suite de résumés minute par minute des matchs du légendaire Olympique de Mon-Vier Plage, aussi appellée
Marseille. Le ton y est résolument coupé/décalé avec de bonnes saillies sur les fiers détenteurs de la mythique casaque bleue ciel/blanche/orange/bleue-marine/noire/or/orange-saumon-mort-deux-fois/turquoise, ainsi que quelques blagues aussi sur leurs adversaires du jour.


Là fatalement, au long de l'article superbement titré "Congré mal gré", y en avait aussi pour notre gueule...


Voilà ce que donnerait le récent Marseille-Montpellier à la sauce "Marseille vu du ciel" mais assaisonné par
Pailladdiction, forcément avec le fiel du perdant et moins de talent que le bloggiste phocéen (jetez-vous sur son compte-rendu de la récente victoire des sardines à Brest, c'est un must) :








________________________________________________________________


 


O...rreur, M....alheur!


 


On s'est fait encore fait remonter comme un saumon dans le courant par les sardines au stade vélodrome. La sardine
qui bouchait le port, vous y croyez, vous? Et celle qui bouche la troisième place du championnat? Encore moins? Bon, ça va vous me rassurez alors... et pourtant comme dit René, elle nous
aura bouché le cul. Non, c'est pas une fable, c'est un miracle...


 


 Chronique d'une soirée à l'envers où le vainqueur n'a pas fait grand chose pour gagner, et où le perdant en a fait
beaucoup plus pour le perdre...


 


 


 


 - 36e : affluence plus que clairsemée au sardinodrome. Il y a autant de spectateurs dans les virages que de
touffes d'herbe sur notre pelouse. Si ça c'est pas un signal d'alerte pour Roger Moure...


 


 


 


 - 34e: Extrait du classement des sources de revenus de l'Olympique qui vient de tomber :


73ème: ventes de claquettes sans piquot "Fiers d'être marseillais"


74ème: recette aux guichets


75ème: ventes de cendriers gonflables "on craint Dégun"


 


 


 


 - 30e : Joey Dalton, fort d'un ancien fritage avec un autre Dabo, tente un "where is Bryan?" pour intimider l'entrée du
vestaire montpelliérain au retour de l'échauffement. Hilarité générale.


 


 


 


  - 1e : Impact dans une minute. Il fait un vent à décorner Morel.


 


 


2e:  l'armature métallique couronnant le grand cirque phocéen est impressionnante. Petit regret, en
surplombant le virage nord, elle cachera l'obélisque Ibrahima Bakayoko, aussi appellée tour France 3, rapport au nombre de panenkas que l'illustre ivorien a quillées sur son sommet.


 


 


14e : but marseillais d'Ayew (la fatigante complainte de chien écrasé "down on my knees", c'est lui ou son frère?) 1-0


 


 


15e : André était hors-jeu. Ben ouais.... Loulou : " Au moins sous les années Tapie, on perdait sur des hors-jeux de Boli de
vingt mètres, c'est vraiment devenu mesquin Marseille".


 


 


 





 


 


17e: Du tac-au-tac. Double contac' du Tanke, le premier pour se la mettre à l'amendanda, le second pour faire taire Dédé,
brave mastre pailladin, qui du coup, ne sait même plus si il doit être content avec tout ce qu'il a balancé sur l'argentin depuis 8 mois. 1 - 1


 


 


18e: les supporters marseillais nous en voudraient parce qu'on leur a vendus Bakayoko. Ils ont la rancune tenace, on pensait
qu'avec un certain Thomas D. (chhuuut pas de noms de famille...), ils s'estimaient vengés pour au moins un siècle.


 


 


24e : Joey a appris le palmarès de Dabo en karaté. Du coup, il préfère s'en prendre à Cabella. Il a une réputation à
tenir, Joey.


 


 


26e: prostitution toujours, Jéjé. jeune ultrà paillladin, attend impatiemment l'entrée de Brandao pour lancer le fameux
"Brandao aux Arceaux". On vient d'apprendre à Jéjé que Brandao est à St Etienne. Pris de compassion, Jéjé ne chantera plus rien contre le brésilien de toute sa vie.


 


 


29e : Avy Assouli, qui a entendu l'insinuation de Louis Nicollin suite au hors jeu d'Ayew tient à rectifier : "en 1990-91,
Basile Boli n'était pas hors-jeu, il avait juste oublié de changer de côté à la mi-temps."


 


 


34e: La défense olympiste a connu un Marius (Trésor), un Cesar (Azpi) et maintenant c'est Fanni. Vu comme on
s'enfonce dans le drame, dommage que Pagnol n'ait pas écrit un quatrième épisode.


 


 


36e: passe de Morel. Ben quoi, ça vous étonnait Richard Berry quand il mangeait un yaourt?


 


 


38e: Louis Nicollin aurait proposé son jet pour que l'OM fasse revenir Kaboré de la CAN.


 


 


39e: Le mercato bat son plein. Laurent Nicollin reçoit un SMS d'un certain José A. lui proposant un stock de shorts oranges
tout neufs, Fanni et quelques tuyaux sur ceux qui ont fait le coup chez Hilton contre un défenseur central. Brésilien de préférence.


 


 


44e: ca se calme sur le terrain. Jéjé, jeune ultrà pailladin, attend l'entrée de Rémy pour entonner le fameux "je m'appelle
Rémy et je suis sans figure"...


 


 


45e: Mitemps. Morel donne le ballon à l'arbitre, qui lui adresse quand même un pouce en l'air pour la tentative.


 


 


46e: déjà la fin du match pour Romain Pitau. C'est officiel. Après égyptologue profanateur, la profession de milieu défensif
montpelliérain est la plus sujette aux malédictions et autres mauvais sorts.


 


 


Mi temps: rentrée de Daniel Congré au moment où la télé dans le couloir passe la fameuse déclaration de René Girard en
conférence de presse : "moi les ailes de pigeon,  je les aime..." la porte du vestiaire pailladin se referme avant la fin de la  phrase.


 


 


Mi temps toujours: face à l'impérialisme olympien au milieu de terrain, René Girard hésite entre Mapou et Jourdren pour
remplacer Pitau en 6.


 


 


Mi temps encore: on vient d'apprendre à Jéjé que Loïc Rémy  est parti aux Queens Park Rangers du risque.


 


 


 


46e: Ca a dû barder dans la causerie d'Elibop. Matthieu Valbuena a appris à faire le double noeud.


 


 


46e : Laurent Nicollin croise José Anigo: "combien pour Morel?". Les poissons d'avril, c'est encore plus drôle au mois de
janvier.


 


 


46e: Laurent se gargarise, José devient tout rouge. Il se kindersurprise.


 


 


 


47e: le bas du virage nord... C'est ambiance confessions intimes pour les yeux comme pour les oreilles.


 


 


48e: ambiance de bibliothèque François Miterrand dans le reste du volcan provençal. Sur le terrain, c'est pourtant
ambiance de bal masqué. Mais Marseille dans le costume du troisième, les supporters olympistes, ils y croient moyen.


 


 


50e: cherchez bien, il y a 2 Matthieu sur le terrain. Oui 1 et demi, mais vous chipotez.


 


 


56e:PutainJohnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnputainçac'estbonçaallezlesgarsonlacherienonlesmrmènecesputainde
troispointsalleeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeez.... Pardon. 1-2


 


 


 


59e: en football, on peut pas tout avoir. Les marseillais ont visiblement choisi d'avoir une pelouse.


 


 


6Oe: on apprend à Jéjé qu'à l'époque d'un certain Carlos Mozer, le propre père des frères Ayew a aussi joué à
l'OM. Un certain  Papayew, Papayew-lélé. (OK je sors)


 


 


61e: Matthieu (Deplagne) se fait gronder par Geoffrey pour avoir effectué le seul tir cadré marseillais depuis une demi
heure.


 


 


66e: le téléphone arabe a fait son oeuvre dans le secteur des supporters pailladins. Matthieu Valbuena aurait aussi signé en
Angleterre, à Toys Are Us. 


 


 


 


66e: sur le banc, on a vu Laurent Nicollin sourire. Stéphane Tapie donne illico l'adresse et le digicode de Vincent
Labrune.


 


 


66e encore : sans les chants du secteur visiteurs, on entendrait l'herbe pousser.


 


 


67e: Avi Assouly reparle de l'intérêt que lui porte Louis Nicollin et donc de la possible venue de Gignac à
Montpellier. Doublement des effectifs et gel des congés au Quick Près d'Arènes.


 


 


68e: Si les pailladins ne font pas les cons, c'est du tout cuit. Au vu de la réaction marseillaise et de l'apparent
peu de suspens sur cette fin de rencontre, René Girard tente un "oooooh"  à l'arbitre avec son doigt sur la montre.


   


 


69e: ben quoi, il a raison René, il se passe plus rien, et on se les caille chez les sardines...


 


 


71e: quand il joue contre le vent, Valbuena est 30 mètres en retrait. Quand il joue avec, il est 30
mètres hors-jeu. Un toît, ça devient urgent à Marseille.


 


 


72e: il se dit que Bernard Tapie est en train de réinvestir dans la région. Nicolas Isimat-Mirin, David Ducourtioux, Rudy
Mater... retenez bien ces noms.


 


 


79e: on avait dit si les pailladins ne font pas les cons. 2-2


 


 


79e: but de Jordan sur une passe, non un tir, enfin un truc de son frère. Geoffrey plonge, par compassion pour faire
croire à une franche occasion marseillaise. Merde.


 


 


79e: Loule, jeune supporter phocéen, encore surpris deux minutes auparavant à proférer des "et-mon-vié,-y
en-a-plein-le-fiacre-des-frères-Dégun-oh-Laburne-renvoie-les-tous-au-Ghana-et-restes-y-toi-aussi-tronche- d'esque" ne sait pas si il doit être content avec tout ce qu'il a balancé sur la fratrie
olympienne.


 


 


80e:  joyeuse soirée pour les ghanéens, elle se gâte pour les ganayens du secteur visiteurs. Pour le foot camérounais,
c'est déjà une sale nuit. Bedibedibedimo est hélas au diapason de Nicolas N Koulou.  A la perte de balle de Mapou et au peu de montées d'Henri, on mesure l'absence de notre poseur de mines chiliennes...


 


 


85e: depuis qu'ils ont égalisé, les olympistes font tout pour arracher les 3 points. Non je déconne...


 


 


86e : les virages lancent enfin leur sempiternel "aux armes". Morel persiste à croire que c'est pour lui.


 


 


90e: énième ouverture de l'entrejeu olympien pour Fabrice Appruzzese, le seul marseillais démarqué, en train de
s'échauffer derrière les buts.


 


 


90e: c'est dans ces moments-là que l'on n'a que deux mots en tête: "pourquoi" et "Daniel".


 


 


90e: Le ballon n'a pas encore franchi la ligne que le bureau du procureur est déjà en train de regarder la date des prochains
appels d'offre de la mairie de Marseille pour le ramassage municipal des ordures. 3-2


 


 


90e: c'est déjà l'heure des primes de match. Dans le vestiaire pailladin, il y un bout de carton avec écrit
"Montpellier", la grille des horaires de train et un ticket resto sur la place de Daniel.


 


 


91e: Premier et dernier dribble d'André Pierre Gignac. Feinte de corps sur Ayew pour sauter dans les bras de Daniel
Congré.


 


 


92ème : après Adidas et Intersport, la Paillade devient l'un des 3 principaux sponsors 2012-2013 de l'improbable podium
olympiste.  Avec une subvention de 5 points, le conseil général des Bouches du Rhône peut aller se
rhabiller.


 


 


93e: Fausse polémique autour de la main ou non de Gignac. Joël Quiniou :" il n'y pas eu d'accroissement de la surface du
corps". René Girard : "on l'a eu dans le cul". Qui croire?


 


 


94e: Elibop : "on a subi notre plus belle victoire de la saison"


 


 


96e: Fanni: "on a gagné avec le c...oeur" (sic). Vu l'endroit où Fanni situe son coeur, il faut lui dire que si il a parfois
des souffles au coeur, c'est pas grave, même si ça sent mauvais...


 


 


101e :José Anigo demande à un sous-fifre de monter une vidéo des autres erreurs défensives de Daniel Congré dans cette
saison, manière de préparer la descente hebdomadaire des condés à la Commanderie.


 

Partager cet article

Repost 0
Pailladdised by Fzfzfzfz - dans 2012-2013
commenter cet article

commentaires

Fzfzfzfz 29/01/2013 00:27

Je sens en vous Mr Vignal la déception de ne pas avoir eu l'occasion de féliciter Mr Ferreri au bar des huiles après le match. Partie remise...

VIGNAL 28/01/2013 21:25

sniffffff.........

Sas que pardon...

      Corniauds

 

Une phrase :    

 

" A Toulon, Rolland, on l'appelait Pinochet, parce qu'il tirait dans les tribunes." Laurent Paganelli

Fotonovellas

 

 

Pailladdictionnaire

Pailladdictionnaire

Pruneausticks

Pailladdictiondage

Le PSG, pour vous c'est :

 

1 - La-bouée-de-sauvetage-d'un-football-français-à-la-dérive-et-l'unique-salut-d'un-championnat-en-décrépitude.

 

2- Une équipe qui a très provisoirement interrompu notre série de 7 titres consécutifs.

 

3 - comme si Sébastien Loeb disputait le tour de France cycliste en DS3 WRC et avait en plus des crétins pour l'encourager au bord des routes.